Chain Reaction Cycles
Non connecté
Se connecter Se connecter
[Visiteurs (5) - Connectés (1) ]
 
Les 2000 de Bruniquel 2015 (qui a dit Boue Niquel ...
 
Par toxdisc, le 29/03/2015.
 
Vous n'êtes pas inscrit sur Plani-Cycles.
Vous pouvez toutefois consulter les comptes-rendus, mais pour avoir accès à l'ensemble des informations et à tous les outils du site, créez un compte. C'est gratuit et sans engagement...
 
- Statistiques -
 
Genre : VTT . CR consulté : 1967 fois.
 
 
 
Distance : 61 kms
Dénivelé : 1820 m+
Vit. moyenne : 13 km/h
Tps total : 05:50:00
Tps roulage : 04:52:00
Participants : Vince8213, Yves100, toxdisc, Olive, Grlo, et beaucoup d'autres .
 
Niveau :    Engagé
 
 
 
- Aperçus - Traces -
 
Fichiers disponibles :
Aucun fichier disponible à ce jour.
 
 
- Compte-rendu -
 
 

Dimanche 29 mars, c'est l'heure de la grand'messe d'un des spots les plus courus de Midi-Pyrénées : les 2000 de Bruniquel ! Les amoureux de VTT et de châteaux perchés s'y retrouvent tous les ans comme en pèlerinage pour goûter à tout ce qui fait l'essence d'un bon dimanche de vélo : convivialité, parcours au top, paysages magnifiques et tout ce qui va avec ! Dommage, cette année, la pluie sera au rendez-vous.

Arrivé à 8h05 sur le site, vélo monté, il est l'heure de passer aux inscriptions pour récupérer la plaque et faire le bisou aux copains. L'occasion de croiser Paul, Jérôme, Yohan, Olivier, Yves, j'en oublie sûrement. 8H20, beaucoup sont fins prêts à donner les premiers coups de pédale mais il faudra attendre 8h30 et le feu vert du grand gourou Charlie pour pouvoir démarrer. À l'heure précise, Go !

D'entrée, on monte dans le village par la route pour finalement redescendre à ses pieds et nous offrir un bon échauffement le long de l'Aveyron. Je roule avec quelques « maillons libres » sur ce départ et très vite nous arrivons à l'entrée de la première difficulté du jour : le single de Pagès. Toujours dur, mais particulièrement aujourd'hui avec le crachin qui rend la boue très amoureuse et l'adhérence précaire. Et dire que certains de mes compagnons de route ont fait le choix de rouler en singlespeed ! Bref, bon an, mal an, cette première difficulté passe et nous débouchons sur le plateau. Déjà, nous perdons le D+ difficilement gagné par une belle descente, glissante à souhait qui nous ramène sur la piste du ravin de fonvieille. On enquille le GR jusqu'à Sabouyat où nous trouvons la première bifurcation de parcours. Le 30 kms boucle ici tandis que les deux longs parcours mettent le cap sur Casals. Nous enchaînons avec un monotrace fraîchement ouvert, à profil légèrement descendant très joueur et agréable. Ça virevolte entre les arbres, ça oblige à relancer, il y a une belle marche-cuvette un peu technique à passer, bref, on oublie le crachin, la boue et on est contents d'être sur le vélo. Je roule désormais avec Yohan et Florian, un Lotois qui m'accompagnera peu ou prou tout le long du parcours.

Nous sommes désormais au lieu-dit Senchet, d'où nous prenons la traditionnelle piste ascendante qui mène à Casals. Rester sur cette piste serait trop facile alors très vite, l'organisation nous a prévu une bifurcation pour prendre un chemin un poil plus technique et joueur. Petit recueillement devant le monument d'Ornano, et on continue à se faire plaisir via un joli single de crête qui nous amène sur la deuxième grosse descente de la journée. Une descente sans grande difficulté, qui s'avale très bien à bonne vitesse. Nous voilà à Casals où un copieux ravito (salé-sucré, liquide, solide) nous attend. L'heure est au choix définitif du parcours. 60 ? 40 ? Mes compagnons de route qui préparent le SEE la semaine prochaine ne voulant pas laisser trop de jus dans les singles tarn-et-garonnais choisissent l'option du 40 kms. Pour ma part, je décide de rester sur le grand parcours. Malgré la boue, je me fais plaisir et on est mieux là qu'au bureau. Je prolonge donc la régalade et mets l'azimut sur Saint-Antonin.

L'enchaînement à suivre est un grand classique du secteur dont on ne se lasse pas. Le fameux single du « waterjump » avec son point de vue sur l'Aveyron serpentant contrebas précède la montée de la carrière, redoutée par beaucoup de cyclistes mais qui s'avérera en fait être la côte la plus facile de la journée (entendez par là la moins usante). Sous la pluie, les cailloux offrent un meilleur rendement que la boue liquide que nous rencontrerons plus loin sur le parcours …

Une fois au sommet, nous partons sur le chemin trialisant du cirque de Bône. Là encore, un classique éprouvé. Sur le sec, c'est un régal de le rouler mais là, vu les conditions, tout le monde est plus ou moins pédibus ! Pas grave, la suite est de toute beauté avec la descente vers Saint-Antonin. Bouts rectilignes pour prendre de la vitesse, freinage ultime, épingles à cheveux, c'est comme d'hab' juste génial. Les meilleures choses ont une fin, et déjà, il faut remonter. Il serait trop facile de se laisser glisser jusqu'au village pour profiter du ravito 2 si facilement ! Route sur 800m puis cap à droite pour enquiller un single montant qui nous mènera vers la deuxième partie inédite du parcours. Sur le sec, ce doit être succulent. Aujourd'hui, c'est beau mais terriblement dur à rouler. En sous-bois, toujours en prise sur un monotrace s'enroulant entre les arbres, il vaut mieux avoir l'œil pour bien placer son guidon. Et du jus dans les mollets pour s'arracher des nombreux petits talus qui émaillent le parcours. Le dernier d'entre eux nécessite un portage. Finalement, on rejoint un dernier single en balcon qui offre une vue imprenable sur Sain-Antonin, avant d'attaquer le troisième caviar de la journée, la descente du calvaire. Humide à souhait, elle passe plutôt bien, le tout étant de conserver assez de vitesse pour ne pas trop subir les effets de la glisse ! Quand on la connaît, ça se fait sans soucis, pour ceux qui la découvrent aujourd'hui, c'est sûrement une autre paire de manches ! On débouche sur la route, puis on traverse le village (toujours aussi charmant!) pour aller rejoindre le ravito numéro 2. Un gentil bénévole nous marque spontanément la plaque en vue de l'obtention du sticker Finisher à l'arrivée. Là encore, le ravito est très bien fourni, on ne manque de rien. Il y a là notamment Olivier (olive) qui prend le temps de discuter. Le crachin redouble alors on ne s'attarde pas. Je retrouve aussi Florian avec qui je redémarre en direction d'une nouvelle grosse bosse : la montée de Sainte-Sabine. Dans des conditions optimales, elle est déjà bien velue avec une portion de 100 mètres très pentue. Là, avec la boue, c'est mission impossible. On prend notre mal en patience et on passe à pied. On prolonge un peu la séquence pédibus parce que vu l'adhérence c'est difficile de redémarrer dans de bonnes conditions. Enfin, on reprend le roulage et nous débouchons finalement dans le hameau. S'ensuit la partie la moins « fun » du parcours avec un enchaînement de routes et de pistes pour traverser le causse en direction du secteur pénnol. A ce moment de la rando, ce repos relatif fait un bien fou pour tourner les jambes et récupérer. Après cinq kilomètres « tranquilles », je me fait rattraper par deux jeunes gars avec des vélos de XC. J'essaye de les accrocher car je sais qu'ici c'est plat et cela fera passer ce plateau plus vite. En parlant de plateau, un des deux jeunes roule en mono de 34 ! Autant dire que je dois m'employer pour accrocher leurs roues ! Le petit jeu dure jusque sur le sentier des Suquets où on se surprend à relancer en danseuse au sortir des virages. Fun. Voilà déjà la troisième grosse descente du jour (soutif bleu). Là encore, adhérence précaire cause pluie mais ça passe quand même bien sur le vélo. Je me fais une frayeur sans conséquences sur le replat où le vélo part en travers dans une petite mare de boue. Je parviens à rattraper le coup mais c'était moins une ! Arrivé en bas, sur la route, je retrouve Olive. On papote un peu et puis je repars.

L'organisation ne nous fait aucun cadeau, il faut remonter dans Penne pour aller chercher le ravito 3. En portage d'abord car le sentier de Janoye ne se roule pas dans ces conditions (du moins pas pour moi avec 50 kms boueux dans les jambes). Difficilement, nous débouchons sur une portion de route qui nous permet de finir tranquillement l'ascension et d'arriver au ravitaillement. Toujours abondance de salé-sucré pour recharger les batteries. On retrouve Djey qui me tire le portrait tant j'ai de la boue sur le corps. Je roule désormais avec Florian. On ne va pas se quitter jusqu'à l'arrivée, sauf dans la descente finale où il me lâchera. Pour remonter sur le plateau, nous choisissons l'option bitumée car je sais que le chemin sera quasi impraticable vu ce qu'il est tombé. Nous rejoignons donc le cause de Magrou à bon rythme où l'on se régale des singles joueurs qui zigzaguent entre les pierres. Mon compère tient une sacrée forme en vue de la SEE et nous roulons vers Saint-Paul-de-Mamiac. De là, dernière liaison bitumée pour aller attraper le dernier joli chemin de la journée. « The last but not the least » comme dirait nos amis d'outre-Manche. Un monotrace technique, truffé de pièges et accroché à la falaise. Erreur interdite. Beaucoup sont à pieds à cet endroit. Quelques dernières oscillations nous mènent à l'ultime descente. Un des grands classiques du coin dont on ne se lasse pas. Florian part devant et il ne tarde pas à me distancer. Les cerveau est plus fatigué que les jambes à ce stade tant le pilotage demande de la concentration dans ces conditions hyperglissantes. Dans le dernier virage à gauche, un poil trop enthousiaste sur le freinage, je tire tout droit et je me couche dans le bartas. Sans gravité, j'en rigole un bon moment tout en remettant ma chaîne qui a déraillé. Finalement la route est rejointe et finir le parcours n'est alors plus qu'une formalité.

À l'arrivée, on retrouve les copains avec qui on discute autour du super Aligot traditionnel. Un bon plat consistant qui retape après l'effort. Merci à la « STR » de nous offrir encore et toujours un bel événement de VTT.

 

Bilan : 61 kms, 1820d+, 4h52 de pédalage.

 

Une édition fidèle à ce que l'on sait de la Stone rider team. Parcours ludique et technique, organisation sans faille, des ravitaillements consistants et idéalement placés sur le parcours, un balisage au top. Des copains, des sourires sur les visages, des gens très sympas sur le parcours, de belles rencontres, bref, un super dimanche à vélo ! Dommage que la météo ait rendu le parcours un poil moins agréable et beaucoup plus difficile et usant.

 
 
- Aperçu des photos -
     Haut de page
 
pub
 
Chain Reaction Cycles
 
pub
 
 
 
 
 
 
Commentaires et réactions
 
 
 
 djey
 Le 30/03/2015 à 23h46.

Merci David pour le récit et pour le coup de main. Ça m'a aussi rappelé que j'avais une photos à t'envoyer ... C'est fait Wink. Si j'arrive à récupérer les photos de notre photographe du week-end, je les diffuserai ... à suivre !

 PBdA
 Le 30/03/2015 à 22h46.

Merci pour ce beau CR et un grand bravo aux participants. À voir les vélos à l'arrivée, ça a dû bien glissouiller...

 vince8213
 Le 30/03/2015 à 22h13.

Merci pour l'allusion :)

 toxdisc
 Le 30/03/2015 à 22h11.

Merci les gars, c'est toujours un plaisir de vous faire partager les bonnes journées de vélo ;)

Après certains diront que c'est un peu long à lire mais chacun son style ;) 

 Paddy
 Le 30/03/2015 à 21h12.

Bien joué David ...!

 spartacus
 Le 30/03/2015 à 18h40.

Très joli CR richement détaillé. On sent l'amoureux des lieux ! Félicitations, 2 fois donc, pour ton courage sur le VTT (il fallait le faire) et ton talent sur le clavier.

 Yves100
 Le 30/03/2015 à 18h10.

Bravo David. 
De la bonne lecture après le roulage, c'est toujours bien à revivre.
Et bravo pour être allé faire le grand.
Pas sur que beaucoup y soient allés. Djey nous dira s'il a des infos des différents parcours. Mais 60 bornes de gras, c'est une belle perf. 

 toxdisc
 Le 30/03/2015 à 17h36.

Non, je ne mets pas la trace, les organisateurs ont demandé à ce qu'elle ne soit pas diffusée sur les sites internet. 

 elguy29
 Le 30/03/2015 à 16h50.

Super CR ! Ça avait l'air bien sympa malgré les conditions .

Par contre t'as pas mis la traceMoney mouth

 sebastao
 Le 30/03/2015 à 15h51.

je lis ce soir ... Dis moi tu parles pas chez toi Wink

 
 
© plani-cycles.fr - Le site des communautés du Cycle - Mentions légales | Conditions d'Utilisation | A propos | Contact